Image Les différents types de cabinets d'avocats en France

Les différents types de cabinets d'avocats en France


Les différents types de cabinets d'avocats en France

Beaucoup de personnes se posent des questions en ce qui concerne les différents types de cabinets d'avocats se trouvant sur le sol français, mais peu arrivent à trouver la meilleure réponse. Il est ainsi nécessaire de leur apporter quelques précisions le concernant.

Les éléments sur lesquels les différenciations se reposent

Pour de nombreux individus, pour pouvoir différencier les cabinets d'avocats en France, il faudra surtout se référer à la nationalité du cabinet et des paramètres matériels, dont la rétribution et la charge de travail à laquelle les avocats doivent se soumettre.

Ce sont, certes, des éléments matériels qui déterminent l'environnement d'évolution des personnes exerçant cette profession, mais il est également indispensable de considérer les particularités de chaque cabinet en termes d'opportunité de carrière.

Les éléments matériels qui définissent l'environnement d'exercice

Les aspects matériels de l'exercice de la profession d'avocat ne sont pas les mêmes selon que l'on évolue dans un cabinet français, dans un cabinet international ou dans un cabinet appartenant au big four. Le premier se distingue par une charge de travail réduit, mais reste souvent moins attractif, du fait d'une rétribution ou d'un prestige moindre.

Ce qui n'est pas le cas du cabinet international qui a plus de notoriété et qui est, dans la grande majorité des cas, plus rémunérateur tout en offrant des moyens matériels de qualité et un cadre de travail plus agréable. Le cabinet de « big four » de son côté, s'organise à la manière d'une entreprise et permet ainsi à ses avocats de profiter du statut d'avocat salarié, à l'opposé des deux types de cabinets précités, qui eux, impliquent de se contenter d'un statut d'avocat collaborateur.

Les particularités du cabinet français

Les cabinets français s'exercent généralement aussi bien en conseil qu'en contentieux. Si dans leur ensemble, ils ont moins de prestige, certains ont une aura qui dépasse largement le territoire français, en ne citant que Bredin Prat ou Darrois Villey Maillot Brochier. Leur clientèle est souvent formée de multinationaux et de grands groupes français, mais leurs avocats ont une autonomie plus limitée.

Les cabinets français généralistes, de leur côté, accueillent en leur sein des avocats qui disposent d'une autonomie plus importante, mais qui se contentent souvent d'une clientèle constituée généralement de particuliers et des PME. Les plus spécialisés, par contre, disposent souvent d'un bien meilleur prestige leur permettant d'attirer de plus grandes structures.   

Les particularités des cabinets internationaux

Ces cabinets ressemblent au cabinet français du fait de leur capacité d'intervenir généralement en conseil et en contentieux. Ils sont, dans leur quasi-totalité, anglo-saxons. Il existe tout de même des exceptions qui font la fierté de la France dans le milieu, en ne citant que Lefèvre Pelletier, Gide Loyrette Nouel et De Pardieu Brocas Maffei.

Ce sont des structures composées de plus d'une cinquantaine d'avocats auxquels sont souvent confiés des dossiers transfrontaliers et transversaux. Ces professionnels qui se connaissent notamment en droit des affaires gagnent progressivement en autonomie au fil de leurs années d'expérience.

Les particularités des cabinets du big four

Le « Big four » regroupe les cabinets Fidal, Ernst & Young Société d'Avocats, Landwell & Associés et Taj. Ces structures étaient à la base des entreprises d'audit et/ou de commissariat aux comptes, mais elles ont choisi d'ajouter, au fil du temps, à ces activités, celle du conseil aux clients de l'audit et du conseil aux clients « non-audit ».

Le droit fiscal et le droit des sociétés constituaient leurs seuls domaines d'intervention au début, mais actuellement, la plupart ont des compétences pouvant traiter des questions liées aux autres domaines juridiques. Ces structures ont souvent une couverture nationale, et se trouvent ainsi à un niveau intermédiaire entre les cabinets internationaux et les cabinets français, et cela se reflète aussi bien sur la composition de leur clientèle que sur leur effectif.